Kardinaal De Kesel op dag van de Dynastie - Cardinal De Kesel au fête de la Dynastie

Vandaag is het Koningsdag en daarom werd deze morgen om 10u in de Sint-Michiels- en Sint-Goedelekathedraal van Brussel het Te Deum gezongen.

In zijn homilie stelde kardinaal Jozef De Kesel dat de armoede en het samen leven in eerbied voor elkaars verscheidenheid de twee grote uitdagingen zijn van onze tijd. De kardinaal verwees daarbij ook naar de Berlijnse Muur die dertig jaar geleden viel.

Kardinaal De Kesel: "Allereerst is er het schandaal van de armoede. Het is nog altijd het lot van een groot deel van de wereldbevolking. Groeiende armoede zelfs in landen die tot nu toe tot de rijkste behoorden, ook bij ons. Een enorme uitdaging is het, niet alleen voor politici, maar voor alle burgers."

"En daarnaast is er de blijvende inzet voor een inclusieve samenleving waar we leren leven met elkaar, ook al zijn we anders, denken we anders en geloven we anders. Maar waar we elkaar juist in die verscheidenheid respecteren en eerbiedigen. Dertig jaar geleden viel de muur van Berlijn. Muren die ons scheiden, kunnen afgebroken worden."

Lees de volledige homilie van kardinaal De Kesel hier.



En ce 15 novembre, la Belgique célèbre le fête de la Dynastie. Comme le veut la tradition, lors de la fête du Roi, la journée a débuté par le Te Deum célébré à 10h, en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles.

Au cours du Te Deum, le cardinal Jozef De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles et président de la Conférence épiscopale belge, a mis en avant deux défis qui, à ses yeux, se posent à notre société. Dans cet homélie le cardinal a précisé que la pauvreté et la cohabitation dans le respect de la diversité de chacun sont selon lui, les deux grands défis de notre temps.


Pour l’archevêque, il y a tout d’abord 'le scandale de la pauvreté': "C’est encore le sort d’une grande partie de la population mondiale. Pauvreté croissante même dans les pays qui jusqu’à présent étaient parmi les plus riches, y compris ici. C’est un énorme défi, non seulement pour les politiciens, mais pour tous les citoyens."

"Et il y a aussi l’engagement continu envers une société inclusive où nous apprenons à vivre ensemble, même si nous sommes différents, pensons et croyons différemment. Mais où nous nous respectons et nous respectons les uns les autres dans cette diversité même. Il y a trente ans, le mur de Berlin est tombé. Les murs qui nous séparent peuvent être démolis.", a-t-il déclaré.

Lire l’homélie intégrale du cardinal De Kesel.